www.comprendrelabourse.com

La bourse c'est la vie !

 

Page d'Accueil Ajouter aux favoris Comprendrelabourse en page d'accueil Format imprimable Ecrire à comprendrelabourse

 

Conseils

Le bon réflexe avant toute décision boursière

 

Hit-Parade

 
 
 
 

Abonnement | Lexique | Témoignages | Tableau de Bord


 

 

Momentum - Le Commodity Channel Index (CCI) - MACD - RSI

 

Les oscillateurs simples sont des indicateurs obtenus en calculant une différence de cours ou de moyennes mobiles avec un intervalle de temps fixé.

 

 

 Le momentum

 

 

Définition :

Le momentum 10 jours à la date t ( MMT10(t) ) est la différence entre le cours C(t) à la date t et le cours C(t-10) dix jours avant la date t.

On imagine facilement qu’en phase haussière le momentum sera positif et ce d’autant plus que la hausse sera importante, et au contraire, négatif  en phase de baisse. La valeur de cet indicateur renseigne donc sur la vitesse à laquelle le marché monte ou baisse. 

  • Dans un marché plat, le momentum aura des valeurs autours de zéro, il sera d’un intérêt limité. 

  • Dans un marché haussier par exemple, on pourra examiner non pas le signe (positif pour notre exemple) mais la tendance du momentum. Si le momentum est haussier, c’est que la hausse s’accélère, si le momentum est baissier mais positif, c’est que la hausse s’essouffle, prélude possible d’un retournement du marché on est en présence d’une divergence baissière (cf. figure) et c’est peut être bientôt le moment de vendre. 

 

Il s’agit donc d’un indicateur ayant pour but de détecter la dynamique du marché :

 

 

 

 

 Le Commodity Channel Index (CCI)

 

 

Fonctionnement théorique :

 

Le CCI permet de  détecter des zones de fortes tendances de marché. Cet indicateur à été élaboré initialement pour les marchés de matières premières (commodity). Si l’indicateur dépasse les 100  il s’agit d’un signal d’achat (shorter la position lorsque l’indicateur repasse en dessous des 100), en dessous de - 100 c’est un signal de vente. Entre -100 et 100 les fluctuations sont considérées comme non pertinentes et il convient de rester en dehors du marché.

 

Le calcul est le suivant :

 

 

où M est la moyenne mobile 10 jours par exemple.

D constitue une mesure de l’écart moyen par rapport à la moyenne.

 

Fonctionnement pratique :

 

Concrètement on compare la fluctuation du jour par rapport au cours moyen avec 1.5% de la fluctuation moyenne autours de ce même cours moyen sur 10 jour (en prenant la MM10).  Si cette comparaison ressort supérieur à 100 ou inférieure à -100, on obtient les signaux d’achat et de vente. Le Rôle de D est de prendre en compte si le marché est habituellement agité ou non : un écart quotidien important avec la moyenne aura moins de signification  dans un marché agité (volatil) que dans un marché calme.

 

Graphique

 

Sur le graphique suivant on observe qu’un marché agité sans tendance n’influe pas sur l’indicateur CCI, utile avant tout dans un marché en tendance.

 

 

 

 Moving Average Convergence Divergence (MACD)

 

 

Définition :

 

Cet Indicateur se calcule à partir de moyennes mobiles dites exponentielles. On les appelle ainsi car l’influence des valeurs sur la moyenne décroît de manière exponentielle avec le temps. L’idée est donc que les événements sont d’autant plus importants qu’ils sont récents. Si on note a le coefficient de décroissance exponentielle (0<a<1), on peut calculer facilement par itération la valeur M de la moyenne mobile de la cotation C à l’instant t de la manière suivante :

 

 M(C,a,t) = ( C[t]+ a.C[t-1] + ... + an-1.C[t-n+1] ).(1-a)/(1- an)

 

n étant la période de la moyenne mobile

 

On constate facilement que plus a est proche de 0 et plus on donne d’importance au événements récents.

 

Méthode de calcul :

 

Pour calculer l’indicateur, on commence par « filtrer » la série des données de cotation de deux manières différentes, avec des coefficients de décroissance exponentielle b= 0.17 et a=0.08. La moyenne mobile M(C,b) est moins sensible aux événements récents que M(C,a) on peut dire qu’elle « réagit donc moins vite » aux variations de cours. La différence D est un indicateur de la vitesse de hausse ou de baisse.

 

D(C,t)= M(C,a,t) ... M(C,b,t)

  

La différence entre D et sa moyenne mobile est un indicateur de l’accélération du marche. C’est la définition du MACD :

 

MACD(C,t)= D(t) - M(D,d,t)

 

Interprétation :

 

Le macd est positif si le marche accélère, nul si le marché garde une vitesse constante et négatif si le marché décélère (un ralentissement d’une tendance à la baisse  est considéré comme une accélération avec un macd positif, tandis qu’une hausse qui s’essouffle est une décélération et le macd est négatif). En poursuivant le raisonnement, lorsque le macd décroît lors d’une hausse de marché, c’est le l’amorce de la décélération, on dit que l’on a une divergence baissière (voir graphique).

 

 

 L'indicateur Relative Strenght Index (RSI)

 

 

Lors de très fortes variations, l’indicateur MACD prend de très grandes valeurs (indicateur non borné) et devient inutilisable . L’indicateur RSI au contraire est calculé de manière à être compris entre 0 et 100. Le calcul du RSI 10 jours, par exemple, est le suivant :

 

RSI10[t] = 100 H[t]/(B[t]+H[t])

 

Où H[t] = (9H[t-1]+ hausse[t])/10.

et  B[t]= (9B[t-1]+ baisse[t])/10.

 

Evidemment si la date t est une journée de baisse la hausse est nulle et inversement.

 

H (respectivement B) est une approximation de la moyenne des hausses (resp. des baisses) sur 10 jours. A l’origine cette approximation constituait une commodité de calcul qui ne se justifie plus aujourd’hui, le résultat est une atténuation de l’influence des nouvelles valeurs de cours sur le RSI. Il faudra par exemple une hausse plus marquée pour se rapprocher de 100. Lorsque le RSI prend des valeurs proches de 100, c’est que les baisses sont quasi inexistantes on est en zone de surachat, ce qui peut constituer un signe avant coureur d’un signal de vente et inversement en zone de survente où le RSI est proche de 0. A chacun de définir ses limites d’entrée en zone de surachat et de survente. L’analyse chartiste s’applique au graphique du RSI et il est donc possible de tracer supports, canaux et autres divergences.

 


Copyright © - 2000 - comprendrelabourse.com - Tous droits réservés